LA RENCONTRE DE WOLF MESSING



Wolf Messing est la première personne de l’occident qui a rencontré Sathya Sai Baba alors que ce dernier n’avait que 11 ans, et qu’il a reconnu l’enfant en tant que divinité.

Homme étrange, énigmatique, mystérieux, au pouvoir psychique hors du commun, recherchez par certains et craint pas d’autres. Wolf Messing pouvait se rendre invisible et changer d’apparence physique à volonté, aussi télépathe, voyant, chercheur et mystique, il a dû au cours de sa vie se déplacer continuellement d’une ville à une autre, d’un pays à un autre, soit pour gagner sa vie… et parfois pour se protéger. Il s’est rendu au Japon, au Brésil, en Argentine, en Inde, en Asie et en Australie. Qui et cet homme étrange ?

Wolf Grigorievich Messing est né le 10 septembre 1899, sur le territoire de l’empire russe dans le petit village de Gora Kalwaria, près de Varsovie en Pologne, d’une famille juive.

Encore bébé, sans en être conscient, il traçait de la main des cercles en l'air, riait, se parlait à lui-même et accomplissait des gestes étranges et mystérieux de la sorte. Ses parents étaient grandement surpris et n'arrivaient pas à comprendre cette attitude surprenante.

A sa deuxième année, l'enfant commença à parler. Il parlait tout seul, hochait la tête en riant, courait ici et là et agissait comme s'il parlait avec quelqu'un. Ses parents ne comprenaient rien à ce mystère et se demandaient « Notre fils est-il fou ? Pourquoi se comporte-t-il ainsi ? Avec qui parle-t-il ? Qui voit-il, qui le fait tant rire ? » Ainsi, leur étonnement grandissait. Ils étaient à la fois heureux et anxieux.

À l'âge de 5 ans, un soir, un homme grand et corpulent, vêtu d'une tunique blanche étincelante, s'arrêta devant la maison et resta là. Il appela l'enfant auprès de lui « Messing, Messing, viens ici, viens ! » Il le fit venir tout près de lui et dit « Mon cher petit, pensant que tu es handicapé mental, tes parents se demandent s'ils doivent te placer dans un asile de fous ou dans un collège de garçons. Ne va nulle part. Ta folie spirituelle est reconnue par les gens qui comprennent, mais qu'en savent ces personnes insensées ? Il s'agit d'une folie spirituelle. Si tout le monde avait ce type de folie, le pays pourrait grandement progresser. Donc n'entre pas dans une école ordinaire. Les connaissances physiques et mondaines ne doivent pas s'imprimer en toi. Apprend les connaissances spirituelles. Je suis venu te communiquer ce message. »

L'enfant lui demanda « Grand-père, d'où êtes-vous venu ? » L'homme lui répondit « Je te le dirai plus tard. Je viens de là où je retourne à présent. N'oublie pas mes paroles. Apprends uniquement les matières spirituelles ; ne t'intéresse pas aux connaissances séculières, physiques et profanes. A présent, tu es dans ta période d'enfance. Ne t'associe avec personne, jusqu'au temps où tu seras adulte. Regarde, maintenant je m'en vais. » Prononçant ces mots, l'homme disparut de ce lieu.

Messing vit ce phénomène et se demanda « D'où est-il venu et où est-il parti ? Puis-je moi aussi fait comme cela ? Retournerai-je finalement d'où je suis venu ? »

(Note : Cet homme habillé de blanc, qui est apparu, semble être Sathya Sai Baba lui-même).

Il a quitté ses parents à l’âge de 9 ans pour parcourir le monde. À l’âge de 19 ans il était en Inde dans une quête spirituelle. En particulier afin d'identifier et de réaliser le principe de l'Atma (le Soi divin). Il a entrepris une variété d'exercices spirituels à cet effet. En conséquence, il a acquis la vision Divine. Il a rencontré Gandhi et plusieurs personnes saintes engagées dans des pratiques ascétiques dans l’Himalaya. Il quitta l’Inde pour y revenir plus tard à l’âge de 36 ans.

Sathya Sai Baba va déclarer ce qui suit dans son discours du 31 août 2002.

« …Quelque temps plus tard (en 1935), il monta dans un train à Cuddapah (région de Chennai), dans l'intention de se rendre à Anantapur. Tandis qu'il voyageait ainsi, le train s'arrêta à la gare de Kâmalapuram. À cette époque, J'étudiais dans l'école de Kâmalapuram. (Baba avait 11 ans) Qu'est-ce que J'y apprenais ? Des choses complètement stupides ! J'étais inscrit en 3e ou 4e primaire, c'est tout. Là, Ramesh et Suresh étaient assis sur le même banc que Moi. Ramesh était de famille riche.

Ces garçons et moi, nous avions l'habitude de nous rendre, le soir, à la gare des chemins de fer. Nous parlions de sujets spirituels. À cette époque, il y avait un ou deux trains par jour. Peu de trains circulaient alors. Nous marchions tous les trois. À côté de la gare, il y avait un rocher et nous restions assis sur ce rocher. Les garçons me posaient des questions et Je répondais. Ainsi, nous étions en ce lieu et étions en train de rire.

Messing se trouvait dans le train qui venait de Cuddapah à destination d'Anantapur. Il nous vit par la fenêtre. Tandis que le train était en marche, il ouvrit la porte et sauta. Il tomba. « Oh, le pauvre ! Il s'est peut-être cassé la jambe ! » Pensant cela, Ramesh et Suresh, qui étaient avec Moi, se sentirent très affligés. Je leur dis qu'il ne s'était absolument rien cassé. Je dis « Pour qui venait-il ? Il venait pour Moi ! Aussi, aucun danger ne pourrait-il le toucher ! Soyez tranquilles. »

L'homme s'avança. Il n'avait ni valise ni aucun autre bagage avec lui. Il s'approcha de moi ; toutefois, il ne s'avança pas tout près de nous, il s'assit à quelques mètres. Il versait des larmes et m'observait sans un battement de cils.

Ramesh et Suresh furent témoins de la scène. En ces jours-là, les enfants étaient effrayés pour n'importe quoi. Ils disaient entre eux « Ces hommes blancs viendront, s'empareront des enfants et les enrôleront dans l'armée. Donc, nous ne devrions jamais nous laisser prendre par les blancs ! » Pensant que les étrangers pouvaient les emporter et les enrôler dans l'armée, les enfants étaient pris de panique.

Ainsi, Messing s'approchait de plus en plus de nous, de plus en plus. Ramesh courut chez lui, chez son père et lui dit « Papa, il faut que tu prennes une jeep et que tu viennes immédiatement ! En tout premier lieu, amène Raju dans notre maison. Quelqu'un est venu pour emporter Raju ; c'est un étranger, un blanc. Il n'a d'yeux que pour Raju. Il observe continuellement notre Raju. » Il raconta tout à son père en ces termes.

Le père de Ramesh arriva immédiatement en jeep ; il en descendit, me souleva et me fit asseoir dans le véhicule. Il dit « Raju, je te ramène sain et sauf à ton domicile. Passons d'abord par notre maison. » Il m'emmena dans sa maison. Il me prit et démarra, et Messing marcha sur tout le parcours derrière la jeep. Il s'arrêta en face de la maison de Ramesh et resta là sans interruption. Ensuite, chaque fois qu'il me voyait, il riait et exprimait tant de joie, en balbutiant des mots.

Toutefois, (le père de Ramesh pensa) « Ce n'est pas bien. Nous ne pouvons pas expliquer tout cela aux autorités britanniques ! » On verrouilla donc les portes de la maison et l'homme fut prié de s'en aller.

Messing regardait continuellement et après trois jours, il prit un autre train et s'en alla quelque part. Mais avant de partir, il s'approcha de la maison et écrivit avec un crayon sur une porte « Les gens de cette maison sont très heureux, car ils ont cet enfant avec eux. Ils ont la chance de le servir. Pour ma part, j'ai tant obtenu ! » Il leur dit « merci » et partit. »

Une autre version de la rencontre avait été donnée antérieurement par Sathya Sai Baba dans le discours du 22 novembre 1980.

« L'âge de ce corps atteindra 55 ans demain. (1980) Je n'ai pas jusqu'à aujourd'hui révélé cet incident à personne. C’était en 1937. Ce corps n’avait alors que 11 ans. Je me déplaçais toute la journée entière avec des groupes de garçons qui se réunissaient autour de moi. J'étais alors à Kamalapur (Kâmalapuram) dans le district de Cuddappah (200 km de Puttaparthi). Un jour J’étais près de la station (du chemin de fer) de Kamalapur avec les garçons. En me voyant, une personne a couru jusqu'à moi, m'a prisse dans ses bras et m'a embrassé, avec des larmes coulants sur ses joues et prononçant les mots, « Je suis si heureux. Je suis si heureux. » Il dansait également follement de joie en répétant, « Je vous aime. Je vous aime. » Mes compagnons qui observaient tous ont demandé, « Qui est cet homme blanc ? Il semble être un fou. Évidemment, il prévoit l'enlever. » Pendant que nous nous écartions de l’endroit, il s’est tenu, river sur place, m'observant joyeusement jusqu'à ce que j'aie disparu de sa vue. C’était Messing. »

Vingt ans plus tard, Wolf Messing est retourné en Inde rencontrer Sathya Sai Baba. La rencontre eu lieu à Whitefield. Il dit « Ô mon Cher, mon Cher, mon Cher ! » Disant ces mots, Wolf Messing marcha tout droit vers Swami. « Tu es mon Tout, je suis Ton instrument. Tu es tout pour moi, absolument tout ! ». Après ce darshan est retourné en Russie.

Wolf Messing est retourné en Inde sous sa forme astrale cette fois-ci, et s’est fait voir à Sathya Sai Baba et à Narendra le directeur du collège de Whitefield. Il pouvait se déplacer à volonté d’un endroit à une autre de cette manière. Apparaitre et disparaitre étaient une seconde nature chez lui.

Pourquoi cette histoire alors que ce site est consacré à Prema Sai Baba ?

Il existe sur terre, dans notre 21e siècle, un homme qui est aussi étrange et énigmatique que Wolf Messing. Il a les mêmes pouvoirs psychiques si non de plus grands. Cet homme que je vais appeler Jean pour protéger son identité a déjà rencontré Prema Sai Baba. Prema Sai lui est apparu à plusieurs reprises dans sa maison et ont pu discuter de choses et d’autres. À une occasion Prema Sai lui a demandé de le suivre chez lui en Inde. Tout comme Wolf Messing il peut disparaître et apparaître ailleurs sans aucune difficulté. En Inde, Prema Sai lui a présenté ses parents et le lieu de travail de son père. Rien d’autre ne me fut révélé.

Très bientôt nous devons nous attendre que la personne citée plus haut, tout comme Wolf Messing, rencontre Prema Sai Baba dans son corps physique avant sa manifestation publique, si non lors de sa manifestation qui est prévue dans un avenir proche. Soyons patient, ce n’est qu’une question de temps.