Photo provenant de la bague du Prof. G. Venkataraman
Voir l'article : Pendentif Prema Sai... et Bague


PREMA SAI EN DEVENIR


Cette photo qui est floue, de même que celle de la page d’accueil est Prema Sai Baba en devenir.

Ce jeu est inspiré de la bague du Dr John Hislop reçue de Sathya Sai Baba au début des années 70. Une bague qui s’est transformée au cours des années pour laisser apparaître le visage de plus en plus claire de Prema Sai Baba.

La bague serait composée de cinq métaux. La pierre serait un camée à l’effigie de Prema Sai Baba. Sculpté de profil, l’arrête et la longueur du nez seraient visibles ainsi que l’arcade de l’œil gauche.

Voici l’histoire du Dr John Hislop, inspirée du livre Mon Baba et Moi, Édition Sathya Sai France.

La bague du Dr John Hislop

« Je montrai à Baba la monture brisée de la bague qu’il m’avait matérialisée et lui demandai s’il pouvait la réparer. Il répondit :
— Oui. Ne donne pas ta bague à un bijoutier, c’est Swami le bijoutier. Mais cette fois-là il ne la répara pas.

Nous retournâmes aux États-Unis, ma femme et moi et, un an plus tard, nous étions à nouveau en Inde. Ma monture était toujours cassée, elle n’avait pas été réparée. Un soir, sous la véranda de la maison de Swami, à Brindavan, au moment où de nombreux étudiants attendent de commencer les bhajans du soir, Baba se tourna vers moi et me demanda de lui donner la bague. Il l’examina et la tendit aux étudiants pour qu’ils la fassent circuler entre-eux et la voient. La bague lui revint. Baba me sourit mais ne me redonna pas la bague. Il la fit à nouveau circuler parmi les étudiants. Lorsqu’à nouveau elle lui revint, il la mit à mon doigt. Cette bague était très différente des autres. Elle n’était pas en or massif comme la plupart, elle était plutôt légère, avec un filigrane autour de la monture et de l’anneau... La monture soutenait une pierre bleu clair avec un portrait de Baba, tout petit mais magnifique.

Maladroit comme je le suis, je ne la gardai pas longtemps intacte la pierre se desserra et se détacha vite de la monture. J’attachai la bague à une chaîne et la mis à mon cou jusqu’à ce que je reparte en Inde.

Au cours du séjour suivant, chaque fois que je me trouvais en présence de Baba, je portais ma monture vide au doigt et me grattais ostensiblement le nez pour attirer l’attention sur elle. Les autres plaisantaient, disant que Baba m’avait donné la bague parfaite : je pouvais, par mon imagination, mettre n’importe quel portrait dans la monture vide.

Finalement j’abandonnai, craignant d’avouer ouvertement que j’avais une fois de plus cassé la bague de Baba, et je la remis autour de mon cou. Un soir, alors que je me trouvais avec Baba à l’heure des bhajans sous la véranda vitrée de Brindavan, Baba me regarda: Qu’est-ce que c’est que cette bosse sous ta chemise, Hislop ?

Il savait parfaitement ce que c’était, bien sûr, mais je sortis vite la bague.

C’est ma bague, Swamiji. Je l’ai encore cassée. Donne-la-moi, m’ordonna Baba.
Je m’exécutai immédiatement. Il l’examina et dit: Ces pierres ne valent rien...

Sur ce, il me relança la bague. Puis, de son geste habituel, il souffla entre le pouce et l’index. J’aperçus un éclat doré mais ne vis pas la bague tout de suite. A nouveau, pour me taquiner, il la fit circuler parmi ceux qui étaient les plus éloignés et lorsque la bague revint enfin, il me la donna.

La nouvelle bague était une pure merveille, une œuvre de grande beauté. Elle était lourde et contenait au moins quatre-vingt grammes d’or. L’anneau était large et massif. Il soutenait un épais disque d’or, fait d’une seule pièce, sur lequel était gravé en relief le buste de Baba. Le soir à la maison, nous admirâmes la bague, ma femme et moi, avec ravissement. Heureusement, car elle ne vécut qu’une seule nuit!

Le lendemain matin, les étudiants s’étaient rassemblés dans l’allée extérieure de la véranda pour accueillir Baba qui descendait. Lorsqu’il vint et que nous fûmes tous en cercle autour de lui, Baba s’adressa à moi :
- Donne-moi la bague, Hislop.

Il l’examina attentivement, puis:
- Que veux-tu? Une image de Swami ou de Prema Sai ?
(Prema Sai est la troisième incarnation de ce triple Avatar)
Cette question me posa un sérieux problème. Je n’arrivai tout simplement pas à trouver de réponse. Je ne dis donc rien. Il alla alors de l’un à l’autre, montrant la bague à chacun. Puis il revint vers moi et à nouveau me demanda:
- Alors, Hislop, que veux-tu? Swami ou Prema Sai?
Mon embarras était immense. Comment pouvais-je dire à Baba que j’aime de tout mon cœur et qui se trouvait devant moi : « Je préfère Prema Sai plutôt que vous, Swami. » Jamais je n’aurais pu dire une chose pareille J’optai donc pour la diplomatie :
- Qu’il en soit fait selon votre volonté, Swamiji.
- Très bien, dit-il. Ce sera donc Prema Sai. Tu as déjà Swamiji.

Les étudiants se pressaient autour de lui, le touchant presque et ne me laissant pratiquement rien voir. Il prit la bague, la cacha dans la paume de sa main comme si c’était quelque chose de trop précieux pour être exhibé, puis il souffla trois fois entre le pouce et l’index de son souffle créateur: lorsqu’il ouvrit la main, Prema Sai apparut La bague même était d’une couleur argent, de cet alliage unique des cinq métaux particuliers à l’Inde. La pierre était un camée représentant Prema Sai, le Dieu d’amour de la création, qui doit venir sur terre quelques années après la disparition du corps de Sathya Sai. C’était une pierre dans les tons de brun, à l’émail très lumineux. Le portrait était gravé de profil l’arête du nez était nettement dessinée sur toute sa longueur et l’arcade sourcilière gauche légèrement suggérée. C’était une tête noble, qui portait les cheveux jusqu’aux épaules, la barbe et la moustache. Elle se détachait ou reposait sur une fleur de lotus. Son maintien était posé, calme et majestueux. Baba annonça:
- Le processus de sa naissance est à peine ébauché, je ne peux donc pas vous en montrer plus pour l’instant. C’est la première fois qu’il est présenté au monde.

Les étudiants étaient surexcités et allèrent tout de suite chercher leurs appareils pour prendre des photos. Mais je cachai la bague et demandai à Baba s’il accordait la permission. « Non, pas de photos », répondit-il.

Où que j’aille, les fidèles demandent à voir la bague et le visage de Prema Sai. Un an plus tard environ, des personnes qui avaient vu la bague au début me firent une remarque surprenante en la revoyant. Ils me dirent: « Elle change. On voit bien tout le nez à présent. » Je répondais toujours en toute honnêteté que je ne voyais aucun changement. Mais ils insistaient: « Tu la vois tous les jours, c’est pour cela que tu ne t’en aperçois pas. »

Mais je pensais que c’était de l’imagination et de l’enthousiasme de la part de ceux qui la regardaient. Or, en 1980, lorsqu’au cours d’une réunion je montrai la bague, je la regardai moi-même attentivement et fus soudain frappé: « C’est vrai, elle est différente ! Elle change ! »

On voyait bien à présent tout le nez, ce qui n’était pas le cas avant. Plus exactement, il se fondait dans le relief de la pierre et n’était donc pas nettement visible. Maintenant le nez est bien apparent sur la surface de la pierre. En outre on peut voir une partie de l’œil et de la joue gauches. Nous attendons avec impatience de voir ce qu’il sera devenu dans quelques années ! Comment sera-t-il dans dix ans ? Dans vingt ans ?

J’ai le sentiment que je dois veiller attentivement sur cette bague. Je ne la porte maintenant qu’aux réunions de fidèles de Sathya Sai. Le reste du temps, je la garde en sécurité dans la pièce de notre petit temple, à côté du crucifix sacré que Baba a matérialisé il y a maintenant plusieurs années. »

Dr John Hislop, 1904-1995

Depuis le décès du De John Hislop en 1995, personne ne sait ce qui est advenue de la bague.

D’autre cas similaires sont survenus dans les mêmes années. Un médaillon représentant Prema Sai Baba fut donné à une femme indienne et une peinture fut créée, à la suite d’une vision, par une artiste africaine. Ce portrait est celui le plus connu à travers le monde. Il représente un jeune homme les cheveux aux épaules et portant une barbe. (Photo en page d’accueil)

Ces effigies représentants Prema Sai Baba sont simplement pour annoncer la venue prochaine de Prema Sai. Elle ne représente pas nécessairement le vrai portrait de Prema Sai. Sathya Sai Baba a toujours déjoué toutes tentatives de vraiment le connaître. Nous l’avons très bien vu avec l’âge de son décès à 96 ans ! Il en ait de même avec la naissance de Prema Sai. Il a su très bien brouiller toutes les cartes afin que personne ne puisse le localiser avant que son heure soit arrivée.

L’heure de la manifestation est sur le point d’arrivée, car Prema Sai Baba se manifeste en vision à certaines personnes et leurs révèlent des informations au sujet de sa vie privée. Certaines de ces informations, celles qui peuvent être révélées au grand public sans compromettre son anonymat, sont révélées périodiquement sur ce site. Au cours des mois, des années à venir, d’autres informations seront dévoilées. La photo qui est floue va devenir de plus en plus claire pour révéler le vrai visage de Prema Sai Baba qui est différent, à ce jour, de celui de la bague d’Hislop et de la peinture de l’artiste africaine.

Il est vrai que l’actuel Prema Sai n’a que 11 ou 12 ans et ne porte pas de barbe. Le profil serait différent aussi. Avec les années son visage peut se transformer tout comme il fut le cas pour Sathya Sai Baba. Le Sathya Sai Baba de 14 ans, de 20 ans et de 30 ans étaient très différent les uns des autres. Tellement différent qu’il est impossible de leur trouver une ressemblance.

Photos de Sathya Sai Baba en transformation au cours des années.




Il en sera de même pour Prema Sai Baba. Sa transformation sera grande. Une transformation qui sera à l’image du monde qu’il est venu transformer.


Denis Marcil, avril 2016. Modifié février 2017
www.premasaibaba.ca
www.sadhana.ca